Découvrez notre étude sur les aphtes

Réalisée durant plus de 6 mois et dans plusieurs pays européens, cette étude a rassemblé plus de 10 000 personnes souffrant d'aphtes qui ont accepté de témoigner en nous communiquant des informations sur la fréquence, la douleur, le nombre de leurs aphtes, et de nous raconter leur expérience.

Bien que les causes des aphtes restent encore méconnues, cette étude permet de mieux comprendre qui sont les personnes atteintes et leurs attentes pour qu'enfin soit disponible un traitement des aphtes efficace sans effet secondaire.

Vous aussi, n'hésitez pas à participer à l'étude ou à consulter les nombreux témoignages .

Les 8 faits marquants de cette étude :

  1. Les femmes sont plus sujettes aux aphtes que les hommes

  2. Les femmes ont des aphtes plus fréquents que les hommes

  3. Les aphtes fréquents affectent surtout les moins de 45 ans

  4. En revanche, les + de 45 ans sont les plus touchés par les aphtoses continues

  5. Les 16-25 ans sont ceux qui ont les aphtes les plus fréquents

  6. Pas de lien entre avoir fréquemment des aphtes et avoir beaucoup d’aphtes à chaque crise

  7. Pour 2 personnes sur 3, les douleurs ressenties générées par les aphtes sont fortes à très fortes

  8. Plus les aphtes sont fréquents et plus ils sont douloureux

1. Résultats Quantitatifs :

 

1.1. Typologie des sondés par genre :

graphe

Les statistiques médicales indiquent une plus forte prévalence des aphtes chez les femmes que chez les hommes. La répartition est 55% femmes – 45% hommes.

La forte disparité (69%-32%) observée lors de l’étude indique :

- Une plus forte proportion de femmes sujettes aux aphtes fréquents
- Les femmes sont souvent prescriptrices pour leur famille (mari, enfants)

 

1.2. Typologie des sondés par âge :

Les aphtes fréquents affectent plus fortement les jeunes adultes que les personnes au-delà de 45 ans.

graphe

 

1.3. Fréquence des aphtes :

graphe

Dans ce graphe, on voit que la population ayant répondu au sondage est particulièrement affectée par les aphtes fréquents.

On remarque que le pourcentage de gens souffrant d’aphtes plus d’une fois par mois est de 62% (% dans la population totale : entre 1% et 2%)

 

1.4. Niveau de douleur ressentie :

La douleur ressentie est très élevée dans cette étude. En effet 62% des sondés disent avoir une douleur forte ou très forte durant leurs crises.

graphe

 

1.5. Nombre d’aphtes à chaque crise :

graphe

Malgré le fort biais de ce sondage vers des personnes souffrant d’aphtes de façon récurrente, on voit ici que 62% ont entre 2 et 4 aphtes à chaque crise. Pas de corrélation évidente, semble-t-il, entre le fait d’avoir souvent des aphtes et d’en avoir beaucoup à chaque fois.

 

1.6. Tableau croisé Age/Fréquence :

Ce tableau montre des résultats contrastés : s’il semble que ce soient les jeunes (moins de 15 ans et 16-25 ans) qui ont des aphtes le plus fréquemment (1 ou 2 fois par mois) le groupe particulier des 46-55 ans est celui qui présente le plus d’aphtoses continues.

graphe

 

1.7. Tableau croisé Fréquence/douleur :

graphe

Dans ce tableau on constate une forte corrélation entre la douleur ressentie des aphtes et la fréquence des crises : plus on a souvent des aphtes, plus ils font mal.

1.8. Tableau croisé Genre/Fréquence :

On voit dans ce graphe que les femmes ont plus souvent que les hommes des aphtes dans la plage de fréquence « une fois par mois ». Plusieurs études ont démontré une corrélation entre le cycle hormonal de la femme et les crises d’aphtes, plus fréquentes au moment des règles.

graphe

1.9. Tableau croisé Nombre d’aphtes/Fréquence :

graphe

Dans la plupart des groupes de fréquence, les personnes interrogées ont 2 à 4 aphtes.

1.10. Tableau croisé Nombre d’aphtes/douleur :

Dans ce tableau on constate une forte corrélation entre le nombre d’aphtes à chaque crise et la douleur ressentie. Plus on a d’aphtes, plus on a mal.

graphe

2. Résultats qualitatifs :

Dans l’étude, il était proposé aux personnes sondées de laisser un commentaire si elles le désiraient. Vous pouvez retrouver dans la section Témoignages un certain nombre de ces commentaires, choisis pour leur représentativité.

Il ressort de l’analyse de ces milliers de lignes de textes plusieurs grandes lignes :

Plus de 65% des personnes sondées avouent n’avoir pas trouvé de façon satisfaisante de traiter leurs aphtes, et ce pour plusieurs raisons :

  • Soit parce qu’ils en ont trop souvent pour utiliser des traitements des aphtes locaux ou bains de bouche sans abîmer leurs muqueuses buccales (produits qui piquent, brûlent, réduisent la douleur instantanée de l’aphte mais rarement sa durée et sa fréquence d’apparition)
  • Soit parce que les traitements des aphtes existants ayant des effets secondaires qui rendent leur utilisation très contraignante, ils hésitent à les utiliser

Bien souvent, les personnes sondées avouent "avoir tout essayé", "être désespérées", se désolent que leur problème d’aphtes "ne soit pas reconnu", "qu’il y ait peu de recherche dans ce domaine" parce que ce n’est pas considéré comme un enjeu majeur de santé publique. Les conséquences de leurs aphtes les affectent "dans la vie de tous les jours", avec des souffrances qui souvent les empêchent de profiter de leur existence. Ils ressentent souvent un "désir de détruire leurs aphtes" et n’hésitent pas à appliquer divers traitements locaux, mais remarquent "qu’aucun traitement préventif sans effet secondaire ne permet d’éviter les crises d’aphtes".

Les causes ressenties les plus citées sont :

Les gênes ressenties les plus citées sont :

  • La douleur
  • Ne pas pouvoir manger quand on a des aphtes (douleur lors du contact avec des aliments)
  • Ne pas pouvoir boire (vin, jus de fruits acides, parfois même l’eau)
  • Ne pas pouvoir déguster ses mets préférés (chocolat, fromage)
  • Avoir du mal à s’exprimer (cas de multiples aphtes qui envahissent la bouche )
  • Avoir du mal à travailler pendant les crises
  • Mal dormir
  • Ne pas oser embrasser quelqu'un qui a des aphtes (peur de contagion, gêne)
  • Le « ras le bol » devant la répétition incessante de crises ou la réapparition du même aphte plusieurs fois de suite
  • L’impuissance des traitements contre les aphtes à application locale à faire cesser la cause des aphtes

Les remarques les plus fréquentes sur les aphtes :

  • Saisonnalité des crises
  • Beaucoup d’enfants, y compris des bébés, sont affectés
  • Beaucoup de personnes sondées ont eu beaucoup d’aphtes dans leur jeunesse, et la fréquence des crises a diminué avec l’âge
  • Un terrain familial : beaucoup de personnes sondées ayant fréquemment des aphtes nous ont dit que leurs parents ou leurs enfants étaient dans le même cas.
  • Les traitements des aphtes locaux n’ont pas d’effet sur la durée ni la fréquence des aphtes
  • Cercle vicieux du stress qui engendre des aphtes qui engendrent du stress etc…
  • Une des phrases les plus citées : « j’ai tout essayé contre les aphtes »
  • Forte demande/recherche de « remèdes de grand-mère » ou de « médicament naturel »
  • Efficacité des corticoïdes pour traiter les aphtes mais effets secondaires déplaisants (érosion de la muqueuse buccale si on les utilise durant de longues périodes)

Les questions fréquentes sur les aphtes :

Vous trouverez de nombreuses autres questions et réponses dans la rubrique questions fréquentes sur les aphtes

AftaZen : traitement aphtes traitement des aphtes, aftazen en pharmacie aphtes aftazen france découvrez notre étude sur les aphtes
Beaucoup de femmes ont des aphtes dans les jours précédant leur cycle menstruel

Conseil du jour :

Si vous avez souvent des aphtes ou si vous avez un aphte qui dure depuis plus de 4 semaines, consultez un praticien